mercredi 22 janvier 2020

Politique à Marseille : Le monde du silence

Cette tentative originale, mais disons-le aussi, franchement désespérée dans une ville comme Marseille, m'a inspiré une nouvelle parodie de "Plus belle la vie" qui aurait pu s'appeler ""Plus bulle la vie"", et que n'aurait pas renié le Commandant Cousteau.
Version autant satirique qu'aquatique de Poubelle ma ville, elle me semble parfaitement convenir au mode de fonctionnement et aux luttes de pouvoir intestines de la politique "Made à Marseille".
Car en effet, pour survivre dans les eaux troubles, sombres et profondes du Vieux-Port, il faut savoir - et c'est un doux euphémisme - "nager entre deux eaux"...

A ce jeu là, les requins-baleine sont les champions toutes catégories.


Les requins-baleine sont les prédateurs ultimes à laquelle la (très) lente
évolution politico-génétique a malheureusement abouti dans cette ville...

Mais ils ne se mangent pas entre eux : Ils chassent en toute impunité les "petits candidats" (comme les appelle La Pauvrence, euh, La Provence, pardon) - le menu fretin : 

  

Le menu fretin selon La Provence, au point que Philéas FOG 
n'a même pas daigné les inclure dans un sondage qu'ils ont pourtant publié en première page...

Mais les requins-baleine se nourrissent aussi et surtout de krill, aussi appelés parfois "habitants".


A Marseille, le krill paie. Il paie des impôts et finance la campagne des requins-baleine

Leur technique de chasse est basique : ils attendent que ces derniers soient rassemblés en Masse, comme dans un loto, un CIQ ou une association de quartier. 
Puis ils se dirigent lentement, la gueule grande ouverte, vers leurs innombrables proies trop occupées à vaquer à leurs occupations pour s'apercevoir de la manœuvre de celui dont ils assurent la subsistance sans même s'en apercevoir... 
Car afin de pouvoir agir sans éveiller les soupçons de leurs proies, ces "poids-lourds", que dis-je, ces véritables "rouleaux-compresseurs" de la politique, comme les appellent les journalistes de Marsactu, ont besoin d'être le plus discrets possible. 
Aidés par l'inertie énorme de leurs corps gigantesques, ils évitent donc systématiquement la moindre avancée trop brusque, tel le vieux crocodile qui se fait passer pour un tronc d'arbre pour mieux saisir sa proie.
Pour cela, ils utilisent entre eux un système de communication très sophistiqué basé sur un vocabulaire qui ne contient pourtant que 3 mots : "Pas     De     Vagues"... 

Pour les y aider, ils ont trouvé un allié précieux, les remoras :


Il y a des millions et des millions d'années, ces petits prédateurs se nourrissaient eux aussi de menu fretin et krill. Mais un "darwinisme raisonné" les a progressivement conduit à adopter un autre comportement désormais bien connu :
Ils se fixent aux côtes (RIB en anglais), ou à la queue des requins-baleines, et ne bougent plus du tout.
Ils se nourrissent alors des restes que leurs protecteurs n'auraient pas réussi à digérer, tels de bons saprophytes (NDLR : j'ai toujours trouvé ce nom très amusant !) 

Ainsi va la vie dans ce petit monde du silence... 

Signé : Input Output, plus connu sous le nom de "Mister Tsunami" ;-) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de respecter les règles élémentaires de la politesse